Fin de partie Act.II Sc.2-Beckett

Fin de partie (1957)
Samuel Beckett 1906-1989

 

fin de partie pascal victor TNP

 Fin de Partie, mise en scène de Pascal Victor, Théâtre des Celestins, 2011

Auteur de romans, Irlandais écrivant en anglais et en français, Samuel Beckett est surtout associé au théâtre de l'absurde et à sa pièce la plus célèbre, En attendant Godot. Liant comique et tragique, il délivre dans ses oeuvres, de plus en plus austères et minimalistes, une vision pessimiste de l'homme.

 

Un monde extérieur inquiétant que Clov observe à la longue-vue, un lieu clos qui ressemble vaguement à l'intérieur d'une maison, deux personnages, le mari et la femme, immobilisés chacun dans une poubelle, leur fils Hamm, aveugle et infirme, qui ne peut déplacer qu'en fauteuil, et Clov, tout à la fois domestique et fils adoptif qui, lui, ne peut pi s'asseoir : voici en quelques mots un possible résumé de Fin de partie. Comme souvent chez Beckett, le théâtre de la dérision met en scène le tragique d'une existence absurde

 

 

CLOV. - Pourquoi cette comédie, tous les jours ?

HAMM. - La routine. On ne sait jamais. (Un temps.) Cette nuit j'ai vu dans ma poitrine. Il y avait un gros bobo.

CLOV. - Tu as vu ton cœur. hamm. - Non, c'était vivant. (Un temps. Avec angoisse.) Clov !

CLOV. - Oui.

HAMM. - Qu'est-ce qui se passe ? "

CLOV. - Quelque chose suit son cours.

Un temps.

HAMM. - Clov !

CLOV (agacé). - Qu'est-ce que c'est ?

HAMM. - On n'est pas en train de... de... signifier quelque chose ?

CLOV. - Signifier ? Nous, signifier ! (Rire bref.) Ah elle est bonne !

HAMM. -Je me demande. (Un temps.) Une intelligence, revenue sur terre, ne serait-elle pas tentée de se faire des idées, à force de nous observer ? (Prenant la voix de l'intelligence.) Ah, bon, je vois ce que c'est, oui, je vois ce qu'ils font ! (Clov sursaute, lâche la lunette et commence à se gratter le bas-ventre des deux mains. Voix normale.) Et même sans aller jusque-là, nous-mêmes... (avec émotion)... nous-mêmes... par moments... (Véhément.) Dire que tout cela n'aura peut-être pas été pour rien !
clov (avec angoisse, se grattant). -J'ai une puce !

HAMM. - Une puce ! Il y a encore des puces ?

CLOV (se grattant). - À moins que ce ne soit un morpion1.

HAMM (très inquiet). - Mais à partir de là l'humanité pourrait se reconstituer ! Attrape-la, pour l'amour du ciel !

CLOV. - Je vais chercher la poudre.

II sort.

HAMM. - Une puce ! C'est épouvantable ! Quelle journée !

Entre Clov, un carton verseur à la main.

CLOV. -Je suis de retour, avec l'insecticide.

HAMM. - Flanque-lui-en plein la lampe !

Clov dégage sa chemise du pantalon, déboutonne le haut de celui-ci, l'écarté de son ventre et verse la poudre dans le trou. Il se penche, regarde, attend, tressaille, reverse frénétiquement de la poudre, se penche, regarde, attend.

CLOV. - La vache !

HAMM. - Tu l'as eue ?

CLOV. - On dirait. (II lâche le carton et arrange ses vêtements.) À moins qu'elle ne se tienne coïte.

HAMM. - Coïte ! Coite tu veux dire. À moins qu'elle ne se tienne coite.

CLOV. - Ah ! On dit coite ? On ne dit pas coïte2 ?

HAMM. - Mais voyons ! Si elle se tenait coïte nous serions baisés.

Un temps.

CLOV. - Et ce pipi ?

HAMM. - Ça se fait.

CLOV. - Ah ça c'est bien, ça c'est bien.

 

1. En langage très familier, pou du pubis.

2. Accouplement

 


Samuel Beckett, Fin de partie, Acte II Scène 2 © Éditions de Minuit, 1957.

 

1- Quels sont les ressorts du comique dans cette scène ?


2- En vous appuyant notamment sur le lexique, montrez que cet extrait peut être analysé comme une mise en abyme du théâtre.


3- Comment peut s'expliquer l'inquiétude de Hamm lorsque Clov découvre l'existence d'une puce dans son pantalon ?


4- Quelle image est donnée de l'existence humaine à travers ce dialogue ?